La golden hour matinale avait annoncé la couleur : la journée devait être belle. Ils décidèrent de quitter la ville pour aller profiter de la fraîcheur de la campagne. Ils préparèrent quelques victuailles, décidèrent d'un lieu de dépaysement et embarquèrent pour un voyage qui les mena au bonheur du temps du souvenir.

Ce qu'il faut voir dans le tableau, ce n’est pas un déjeuner sur l'herbe, c'est le paysage entier, avec ses vigueurs et ses finesses, avec ses premiers plans si larges, si solides, et ses fonds d'une délicatesse si légère... Emile Zola